Autres pathologies principales

L’HALLUX RIGIDUS

Il s’agit d’une arthrose enraidissante de la première articulation métatarsophalangienne du gros orteil qui donne des douleurs importantes lors de la marche et limite surtout l’extension du gros orteil. Elle survient chez le sujet jeune à partir de la quarantaine. Des ostéophytes osseux saillent autour de l’articulation et créent un conflit lors du chaussage. Le traitement est très décevant : on peut envisager une ou deux infiltrations de corticoïdes, mais rapidement, il faut faire appel au chirurgien. L’arthrolyse avec ablation de la couronne ostéophytique diminue le volume articulaire mais ne récupère pas la mobilité. L’arthrodèse (blocage définitif de l’articulation) autrefois était le seul recours.

Actuellement, avec la technique PERCUTANEE que pratique le Dr EL KOHEN, l’articulation n’est pas touchée ni soudée et elle retrouve un espace suffisant pour supprimer complètement la douleur et retrouver une bonne mobilité articulaire. Aucun matériel d’ostéosynthèse (vis ou plaque) n’est utilisé avec cette technique.

Le syndrome de MORTON

C’est la souffrance du nerf plantaire interdigital comprimé entre deux têtes métatarsiennes, il se manifeste par une douleur située généralement dans le troisième espace à type de crise aiguë survenant à la marche et obligeant la patiente à se déchausser. La douleur est retrouvée à la pression latérale et directe de l’espace concerné. Il réagit souvent favorablement à une série de trois infiltrations et au port de semelles orthopédiques. En cas d’échec, il faut recourir à la neurolyse chirurgicale avec ablation du névrome. Le piège est de le confondre avec une instabilité douloureuse de la métatarsophalangienne qui contre-indique toute infiltration. Celles-ci majorent l’instabilité douloureuse et exposent à la luxation.