Les traitements chirurgicaux

La méniscectomie

Les douleurs de genou sur lésions méniscales se traitent par arthroscopie. Un des avantages de l’arthroscopie est que le chirurgien peut cibler précisément son geste et réaliser uniquement l’ablation de la partie déchirée du ménisque (méniscectomie partielle) et conserver ainsi toute sa portion saine.

Dans certaines indications, l’arthroscopie permet également de réparer un ménisque désinséré en réalisant une suture méniscale adaptée.

La réparation ligamentaire

La suture simple du ligament croisé antérieur ne donne pas de bons résultats car le ligament, une fois rompu, se nécrose et perd ses qualités mécaniques, même si les fragments sont rapprochés et suturés. Il faut donc remplacer le ligament par une structure équivalente. Il faut utiliser un tendon naturel appelé greffon autologue ou transplant prélevé sur le même genou du patient et utilisé pour remplacer le ligament croisé rompu : c’est la ligamentoplastie. L’arthroscopie permet la reconstruction d’un ligament croisé antérieur rompu en réalisant une auto-greffe.

Les deux techniques les plus utilisées actuellement sont :

La technique d’auto-greffe selon Kenneth Jones ou KJ consiste à prélever une bandelette de tendon rotulien de 10 mm de diamètre avec deux fragments osseux par une incision sur le devant du genou d’environ 5 cm de long. Ce greffon est ensuite replacé à l’intérieur du genou par arthroscopie, positionné à la place du ligament croisé antérieur rompu et fixé par deux vis soit résorbables soit en titane.

Mouidi 005

La technique du DIDT à 4 faisceaux consiste à utiliser un transplant construit à l’aide de deux tendons de la face interne de la cuisse prélevés par une incision de 2 à 3 cm sur la face interne de la jambe. Ce greffon est lui aussi replacé dans le genou par arthroscopie.

C’est le chirurgien qui décidera laquelle des deux techniques il est préférable d’utiliser pour vous.

Ces transplants sont très solides et présentent surtout une élasticité et des caractéristiques très proches de celles du ligament croisé antérieur normal. A terme, les performances des deux méthodes sont analogues. Le montage est solide et permet la rééducation immédiate.

Les gestes sur le cartilage

Sous arthroscopie, il est possible de réaliser des gestes sur les lésions du cartilage. On peut régulariser une zone de cartilage dépolie ou bien « réactiver » un cartilage traumatisé en faisant des micros perforations. Il est aussi possible de retirer des fragments de cartilage libres et gênant dans l’articulation ou des corps étrangers.

Les gestes sur la rotule

Il est parfois possible de recentrer une rotule sur le genou en sectionnant une de ses attaches (ailerons rotuliens) sous arthroscopie. On peut parfois aussi traiter le cartilage rotulien au même titre que celui du tibia et du fémur.