Urticaire

L’urticaire (du latin urtica : ortie) est une éruption cutanée faite de papules érythémateuses, parfois à centre opalin et à périphérie blanche, à contours nettement délimités, dont la taille peut varier de quelques millimètres à plusieurs centimètres, voire confluer en larges plaques. Cette éruption papuleuse est fugace et prurigineuse (voir prurit ). L’angio-oedème ou oedème de Quincke est une variété d’urticaire, sous-cutanée, non prurigineuse. Elle est potentiellement grave dans ses localisations aux voies aériennes supérieures (glotte, larynx…) avec risque d’asphyxie

L’urticaire est particulièrement fréquente, puisqu’on estime que 20% des sujets vont présenter un épisode urticarien au cours de leur vie. On distingue : – les urticaires aiguës, dont la durée n’excède pas 3 semaines ; elles représentent 75% des urticaires. Leur cause est habituellement retrouvée, en général alimentaire, médicamenteuse ou de contact (animaux, végétaux, produits chimiques…) ; – les urticaires récidivantes sont des urticaires dont les poussées se succèdent au cours de la vie. Elles présentent les mêmes difficultés de diagnostic étiologique que les urticaires chroniques. – les urticaires chroniques dont la durée excède 6 semaines (jusqu’à 3 mois selon certains auteurs). Elles représentent, en population générale, 15 à 25% des urticaires. Souvent, leur cause n’apparaît pas de façon évidente et nécessite un bilan.

Les urticaires chroniques peuvent être d’origine : – physique : mécaniques (dermographisme, vibrations, pression), cholinergiques, au chaud, au froid, à l’eau, solaires, adrénergiques. – de contact, allergique ou non : aux animaux, végétaux, médicaments…, pouvant avoir une cause professionnelle. – commune : de cause alimentaire, médicamenteuse, infectieuse, ou encore dues aux allergènes de l’environnement… – systémique : vascularites urticariennes, connectivites (lupus érythémateux ) … – autres causes : maladie de Vaquez , hyperthyroïdie … – génétique : œdème angio-neurotique héréditaire… – il n’est pas rare, qu’au terme du bilan, aucune origine ne soit retrouvée. Ces urticaires, dites chroniques idiopathiques, seraient en fait des urticaires en attente d’un diagnostic.